Depuis l’annonce du retrait des forces américaines de Syrie, où en est-on ?

Par Ishaan Tharoor, reporter qui couvre les affaires internationales pour le Washington Post. La version originale de cet article a été publiée par le Washington Post le 7 janvier « What happened to Trump’s Syria withdrawal? ».

Le mois dernier, le président Trump a surpris ses alliés – et peut-être même ses propres conseillers – en annonçant le retrait imminent des troupes américaines de Syrie. Les détracteurs craignaient que Trump ne fasse le jeu de la Russie et de l’Iran quand d’autres déploraient ce qu’ils considéraient comme une nouvelle trahison américaine des Kurdes dans cette région. Le ministre de la défense Jim Mattis a démissionné en signe de protestation, et le haut responsable du département d’État responsable de la campagne contre l’État islamique a précipité le départ de son poste.

Mais il est loin d’être clair à quel moment – ou même si – le retrait qui suscite la panique va se produire. M. Trump semble avoir été puni par la réaction hostile à Washington et a prolongé à quatre mois son délai initial de 30 jours pour le retrait. Depuis, les fonctionnaires de l’administration ont brouillé davantage les cartes et ont informé les journalistes qu’il n’y a aucun délai pour le retrait.

« Nous nous retirons de Syrie » a dit le président Trump dimanche, avant de nuancer ses propos. « Mais nous ne serons pas retirés tant qu’ISIS ne sera pas parti. »

Il y a une division claire au sein de la Maison-Blanche. M. Trump, qui préconise une sorte d’isolationnisme nationaliste, tient à ce que les États-Unis soient débarrassés de leurs coûteuses aventures militaires qui ne lui offrent qu’un rendement politique minimal dans son pays.

Contrairement à de nombreux républicains à Washington, Trump n’a jamais été intéressé par la destitution du président syrien Bachar al-Assad. En décembre, il a déclaré sans détours que l’État islamique avait été vaincu – malgré des quantités de preuves du contraire – et qu’il appartenait en grande partie à la Turquie et aux autres pays arabes de poursuivre le combat.

Les principaux faucons à Washington, y compris des personnalités clés au sein de l’administration, voient les choses bien différemment. Le secrétaire d’État Mike Pompeo, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et l’envoyé spécial de Trump en Syrie, l’ancien diplomate James Jeffrey, soutiennent tous que l’engagement militaire américain en Syrie vise non seulement à vaincre les militants islamistes, mais aussi à contrer l’influence iranienne en Syrie.

Un responsable américain a déclaré au Washington Post que M. Trump n’avait jamais personnellement approuvé cette stratégie, et le président l’a publiquement laissé entendre. Lors d’une réunion du Cabinet la semaine dernière, M. Trump a fait remarquer avec désinvolture que les dirigeants iraniens « peuvent faire ce qu’ils veulent » en Syrie.

Les hauts fonctionnaires du Pentagone, quant à eux, ne sont guère convaincus que l’État islamique a été vaincu. « Les responsables militaires ont émis de sérieuses réserves quant à la rapidité du départ à un moment où les extrémistes, bien que sévèrement affaiblis, demeurent une menace puissante et où la Turquie continue de donner la priorité à sa lutte contre les forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis, qui font partie d’un groupe terroriste kurde, sur la lutte contre l’État islamique » ont rapporté des journalistes.

Cette semaine, de hauts responsables de l’administration font le tour du Moyen-Orient pour tenter de convaincre leurs alliés que la Maison-Blanche est toujours déterminée à défendre leurs intérêts en matière de sécurité. Mais jusqu’à présent, ils trahissent surtout les antagonismes au sein de l’administration sur ce qui va suivre.

Pompéo, un ardent défenseur de la stratégie anti-Iran, va effectuer des visites dans huit pays, notamment les six membres du Conseil de coopération du Golfe – Arabie saoudite, Koweït, Emirats arabes unis, Qatar, Bahreïn et Oman – ainsi que l’Egypte et la Jordanie. Il tentera de présenter un front uni malgré une approche de plus en plus contradictoire de la Maison-Blanche à l’égard de la région.

« La campagne anti-iranienne se poursuit », a déclaré Pompeo jeudi à Newsmax, une chaîne de télévision de droite. « Nous ferons toutes ces choses. … Nous le ferons simplement à un moment où les forces américaines auront quitté la Syrie. »

Bolton, quant à lui, était en Israël ce week-end et se rendra plus tard en Turquie, où il sera accompagné de Jeffrey – l’envoyé pour la Syrie – et du chef d’État-Major des armées. Contredisant apparemment Trump, Bolton a déclaré aux journalistes qu’aucun retrait de la Syrie n’aura lieu tant que les militants islamistes ne seront pas complètement vaincus et que la Turquie ne garantira pas la sécurité des unités kurdes syriennes alliées aux Etats-Unis mais considérées comme des ennemis terroristes par Ankara.

« Il y a des objectifs que nous voulons atteindre qui conditionnent le retrait, » dit Bolton. « Le calendrier découle des décisions politiques que nous devons mettre en œuvre. »

Les faits sur le terrain suggèrent que le calendrier sera plutôt ouvert. Les querelles diplomatiques avec la Turquie – qui a décidé de mener une opération militaire contre des unités kurdes de l’autre côté de sa frontière sud – peuvent s’avérer très complexes. Une garantie de sécurité pour les Kurdes syriens pourrait n’être qu’une « nouvelle condition inaccessible », a tweeté Faysal Itani de l’Atlantic Council. Voyant que ses options s’amenuisent, la principale faction armée kurde syrienne a entamé des pourparlers avec le gouvernement syrien, demandant le soutien militaire de Damas contre une éventuelle offensive turque.

Les faucons à Washington ont applaudi la volte-face apparente de Trump. « Je pense que c’est le contexte de la réalité qu’il faut bien planifier », a déclaré le sénateur Lindsey O. Graham (membre du Parti républicain et sénateur de la Caroline du Sud), en disant à « Face the Nation » de CBS que « le résultat final est que nous voulons faire en sorte que tout se passe bien, que l’Etat islamique ne revienne pas. Et je félicite le président d’avoir réévalué ce qu’il fait. … Il a pour objectif de réduire notre présence. Je partage cet objectif. Faisons-le intelligemment. »

Mais d’autres voient dans les derniers changements une preuve de plus que l’administration est en désaccord et dans la confusion quant à son programme à l’international. « Bolton a pris une longueur d’avance sur la ligne politique, et c’est à lui de comprendre ce que le président veut », a déclaré Robert Ford, ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie, à des journalistes. « Quand le président est nerveux ou prudent à propos de quelque chose, c’est le travail du Conseil de sécurité nationale de le transmettre au département d’État et au Pentagone, et de les avertir de ne pas aller trop loin. Apparemment, ils n’ont pas eu le message. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.