Opération de l’armée syrienne à Daraa après la mort de neuf soldats

L’armée syrienne a mené vendredi une opération militaire afin d’arrêter des groupes armés qui ont tué neuf soldats la semaine dernière dans la ville de Mouzayrib, dans le gouvernorat de Daraa, à environ 100 kilomètres au sud de Damas.

Dirigée par la division 15, l’opération a été menée suite au refus de ces éléments de déposer les armes et d’accepter un transfert vers le gouvernorat d’Idlib, après qu’ils aient attaqué un poste de police de Mouzayrib et tué neuf membres de l’armée le lundi 4 mai.

L’opération de l’armée syrienne a entraîné la mort de plus de dix éléments armés et l’arrestation de nombreux autres. Certains ont réussi à s’échapper vers la ville voisine de Tafas, où ils sont maintenant pourchassés par les forces de sécurité.

L’armée syrienne contrôle désormais entièrement la ville de Mouzayrib.

L’opération de vendredi a été lancée en réponse au refus des groupes rebelles de remettre leurs armes à l’armée syrienne et d’accepter un transfert vers le gouvernorat d’Idlib.

Les groupes armés avaient informé l’armée russe, qui négociait au nom de l’armée syrienne, qu’ils préféraient se battre plutôt que d’accepter les conditions imposées.

Il s’agit de la seconde opération militaire dans le gouvernorat de Daraa depuis que l’armée syrienne a déclaré l’ensemble du gouvernorat sous son contrôle en 2018. La précédente opération s’est produite plus tôt cette année dans la ville de Sanamayn.

Le gouvernorat de Daraa fait face à de nombreux assassinats et tentatives d’enlèvement depuis la reprise par l’armée syrienne en 2018. L’Observatoire syrien des droits de l’homme comptabilise un total de 435 tentatives d’enlèvement et de meurtre à Daraa depuis juin 2019, faisant 280 victimes dont 61 civils et 152 soldats et policiers syriens.

L’armée syrienne a capturé la ville frontalière de Daraa aux groupes rebelles en 2018. La sécurisation de Daraa, ville où a débuté le conflit syrien en 2011, a été une grande victoire pour l’armée syrienne, tant d’un point de vue symbolique que militaire, car les groupes rebelles avaient utilisé la frontière pour acheminer des armes et des combattants tout au long de la guerre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.