Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Bagheri, à gauche, avec le ministre syrien de la Défense, le général Ali Ayoub, au centre, et le général Osman Ghanemi, commandant des armées irakiennes lors d'une conférence de presse tenue le 18 mars 2019 à Damas (image SANA)

Rencontre entre le ministre de la Défense et les chefs d’état-major irakien et iranien à Damas

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Bagheri, à gauche, avec le ministre syrien de la Défense, le général Ali Ayoub, au centre, et le général Osman Ghanemi, commandant des armées irakiennes lors d'une conférence de presse tenue le 18 mars 2019 à Damas (image SANA)
Le chef d’état-major des forces armées iraniennes, le général Bagheri, à gauche, avec le ministre syrien de la Défense, le général Ali Ayoub, au centre, et le général Osman Ghanemi, commandant des armées irakiennes lors d’une conférence de presse le 18 mars 2019 à Damas (image SANA)

Le ministre de la Défense, le général Ali Abdullah Ayoub, s’est entretenu ce lundi à Damas avec les chefs d’état-major irakien, le général Othman Al-Ghanemi, et iranien, Mohammad Hossein Bagheri. Cette rencontre visait à développer la coopération militaire, à consolider la lutte contre le terrorisme et à renforcer la coordination entre les trois pays, ainsi qu’à assurer le suivi des mesures visant à maintenir la stabilité et la sécurité dans la région.

Ministre de la défense : L’armée syrienne reprendra l’intégralité du territoire

« L’armée syrienne reprendra chaque centimètre carré de la Syrie, y compris tous les territoires contrôlés par les forces anti-gouvernementales », a déclaré le général Ali Ayoub, ministre de la Défense, lors d’une conférence de presse tenue le 18 mars à Damas avec ses homologues irakien et iranien.

Le général Ayoub a déclaré que l’armée syrienne utilisera tout ce qui est en son pouvoir pour forcer la coalition américaine à se retirer complètement de la zone autour de Tanaf près de la frontière irakienne et des zones tenues par les forces arabo-kurdes à l’est et au Nord de la Syrie.

« Les Américains quitteront la Syrie comme ils ont quitté d’autres endroits, parce qu’il s’agit d’une présence illégitime. C’est une force d’occupation qui viole la souveraineté du pays », a déclaré le général Ali Ayoub.

Les États-Unis ont toujours environ 2 000 soldats dans l’est et le nord de la Syrie et devraient en retirer des centaines au cours des prochains mois.

Interrogé sur les informations faisant état de tensions entre les Iraniens et les Russes en Syrie, le général Ayoub les a fortement niées, affirmant que « le rôle des amis et alliés était important dans tout ce qui a été réalisé sur le terrain ».

L’Irak annonce la réouverture prochaine du poste-frontière d’al-Qaïm/al-Boukamal

Le chef d’état-major des forces armées irakiennes a exprimé l’espoir de voir le poste-frontière al-Qaïm/al-Boukamal rouvrir dans les prochains jours. « Les jours à venir verront l’ouverture du passage frontalier et la poursuite des visites et des échanges commerciaux entre les deux pays », a déclaré le général Othman al-Ghanemi lors de la conférence de presse conjointe.

La réouverture de la frontière d’al-Qaïm, que l’Irak a fermée en 2013, renforcera les liens commerciaux entre la Syrie et l’Irak et aidera l’économie des deux pays ravagés par la guerre.

Le chef d’état-major irakien Othman Al-Ghanemi a annoncé lundi que l’Irak prévoit de rouvrir le poste-frontière de Qaïm/al-Boukamal dans les « prochains jours »
Le chef d’état-major irakien Othman Al-Ghanemi a annoncé lundi que l’Irak prévoit de rouvrir le poste-frontière de Qaïm/al-Boukamal dans les « prochains jours »

Les iraniens ne partiront que lorsque les Syriens le leur demanderont

Le chef d’état-major de l’armée iranienne, le général Mohammad Hossein Bagheri, qui est arrivé dimanche à Damas, a déclaré : « La Syrie et l’Irak ont demandé à la République islamique d’Iran et aux forces armées iraniennes de se tenir à leurs côtés et de les aider, par le biais de conseillers et d’un soutien logistique ». Il a ajouté que les troupes iraniennes avaient été invitées par les autorités syriennes et qu’elles ne partiraient que lorsque les Syriens le leur demanderaient.

Il a également noté la présence de forces étrangères à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie a installé des postes d’observation militaires le long de la ligne de front entre le gouvernement et les forces rebelles, comme étant illégale.

Assad : la relation qui unit la Syrie à l’Iran et à l’Irak s’est renforcée avec la guerre

Le président Bachar al-Assad a reçu plus tard dans la journée de lundi les délégations militaires irakienne – dirigée par le général Othman Al-Ghanemi – et iranienne – dirigée par le général Mohammad Hossein Bagheri – toujours en présence du ministre de la défense, le général Ali Abdallah Ayoub.

Les échanges ont porté sur l’évolution actuelle de la situation militaire sur le terrain en Syrie et sur les moyens à mettre en œuvre pour renforcer la coordination militaire entre les trois pays. Le président Assad a affirmé que la relation qui unit la Syrie à l’Iran et à l’Irak est forte et s’est renforcée pendant la durée de la guerre.

La rencontre de Damas illustre la forte alliance entre l’Iran, l’Irak et la Syrie à un moment où les États-Unis cherchent à isoler et à renforcer les sanctions contre l’Iran et ses alliés régionaux.

Le président Assad accompagné du ministre de la défense Ali Abdallah Ayoub, en présence des délégations militaires irakienne et iranienne à Damas, le 18 mars 2019 (image SANA)
Le président Assad accompagné du ministre de la défense Ali Abdallah Ayoub, en présence des délégations militaires irakienne et iranienne à Damas, le 18 mars 2019 (image SANA)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.