2 623 milliards de livres évaporés des puits de pétrole depuis le début du conflit

La Syrian Petroleum Company a révélé que le total des pertes en pétrole suite à la non production ainsi qu’au vol de pétrole dans les zones non tenues par les forces gouvernementales s’élevait à 252 millions de barils, d’une valeur de 2 623 milliards de livres syriennes, et ce depuis le début de la crise jusqu’au premier semestre de l’année 2018.

Un rapport de la société sur le premier semestre 2018 révèle un total de pertes matérielles s’élevant à 55 milliards de livres suite aux pillages, aux sabotages et au vol d’équipements et d’outils.

La société indique que des travaux de réhabilitation de nombre de puits de pétrole ont été entamés, dans le but d’augmenter la production et d’améliorer la capacité de travail après la libération de plusieurs champs pétrolifères et gaziers de la région centre autour de Palmyre et de Deir Ezzor.

1 700 baril/jours sont sortis du champ de Wadi Obeïd, 180 de celui d’al-Kharrata, et 90 d’al-Mahach au cours du premier semestre 2018, sachant que ces champs sont entrés en service entre la fin de l’année 2017 et le début de l’année 2018.

La Compagnie a foré trois puits, à savoir Sadad 9, Qarra 3, et Abou Rbah 20 et est parvenue à les mettre en service. Elle a également terminé les réparations de cinq autres puits, que sont Zamleh 1, Qarra 1, Zamleh 2, Breij 1 ainsi que Dabisan 1.

La production de la Syrian Petroleum Company a par ailleurs atteint 9.15 millions de barils, avec une moyenne de plus de 50 500 barils/jours au cours du premier semestre de l’année 2018, dont 6.9 barils de pétrole brut lourd de Hassakeh, 390 400 barils de pétrole brut lourd de la région du centre, 1.7 million de barils de pétrole brut lourd d’al-Jabseh et enfin 147 500 barils de pétrole brut lourd d’al-Mahach.

La production de gaz a pour sa part atteint 1 748 millions de mètres cubes, avec une moyenne de 9.66 millions de mètres cubes par jour.

Le montant total du plan d’investissement approuvé par la Syrian Petroleum Company a atteint 10.5 milliards de livres syriennes en 2018. Au premier semestre de cette même année, 45% ont été exécutés, se concentrant principalement dans les travaux de prospection des ressources pétrolières, les investissements, le remplacement et la rénovation des lieux de vie des ouvriers ainsi que dans les énergies renouvelables.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.