Syria-Intelligence-vue-satellite-euphrate-province-raqqa

La crise de l’eau menace alors que le conflit militaire s’achève

Sept ans après le début de la guerre civile en 2011, la Syrie commence à sortir d’une phase sombre de chaos et de destruction. Cependant, cette amélioration pourrait être entravée par ce que les analystes considèrent comme des signes d’une crise imminente de l’eau et de sa gestion, ce qui pourrait avoir des répercussions sur la paix ou de nouveaux conflits – internes et régionaux – à l’avenir.

Les terres le long de l’Euphrate, qui traverse la Turquie, la Syrie et l’Irak d’aujourd’hui – aussi connu historiquement sous le nom de Croissant fertile – ont été touchées par des pénuries d’eau, la sécheresse et de mauvais rendements agricoles.

Pour accroître la production hydroélectrique et améliorer l’irrigation dans les régions arides de l’Anatolie, la Turquie a commencé à construire une série de 23 barrages à partir des années 1980, réduisant ainsi la quantité d’eau pouvant être utilisée pour l’agriculture en aval en Syrie et en Irak.

Les dirigeants turcs avaient unilatéralement annulé un accord de partage de l’eau avec la Syrie et l’Irak en 2014. « Ils étaient censés allouer 500 mètres cubes par seconde d’eau jusqu’à l’Euphrate et ils l’ont réduit à 200 mètres » a déclaré Marcus King, spécialiste de la sécurité environnementale à l’Université George Washington à Washington.

La diminution des flux en provenance de Turquie, sept années de combats et la mauvaise gestion des ressources en eau dans de nombreuses régions du pays ont durement frappé l’agriculture en Syrie. Une grave sécheresse de 2006 à 2010 a également poussé des dizaines de milliers de Syriens à abandonner l’agriculture, créant une armée de jeunes hommes désœuvrés qui a pu contribuer à déclencher le conflit qui a commencé en 2011.

Joshua Landis, qui dirige le programme Moyen-Orient à l’Université de l’Oklahoma, a déclaré que les quatre années de sécheresse « ont causé d’immenses souffrances en Syrie et ont forcé plus d’un million de personnes à quitter leurs fermes dans l’est de la Syrie et à migrer vers les villes ou la périphérie des villes. C’est cette population qui a en quelque sorte jeté les bases de la guerre civile ».

Le long conflit a endommagé ou détruit les réseaux d’eau et les infrastructures dans les deux plus grandes villes de Syrie, Alep et Damas, ainsi que dans les provinces. Les groupes armés qui contrôlaient les usines et les réservoirs d’eau en amont utilisaient périodiquement ces actifs pour faire chanter leurs opposants dans les zones urbaines.

« Il y a eu divers acteurs infranationaux qui ont monopolisé l’eau pour leurs propres besoins, avec une mauvaise gestion de l’eau », a déclaré M. King. Il soutient que les Kurdes, qui dominent de vastes étendues du nord et de l’est de la Syrie, contrôlent de larges segments de l’Euphrate, y compris le barrage de Tabqa et le lac Assad.

Les observateurs affirment que le gouvernement syrien ne répartissait pas équitablement les ressources en eau dans toutes les régions du pays avant la guerre, donnant plus à certains groupes sectaires, comme la secte alaouite du président Bachar al-Assad.

Pour éviter de futurs conflits, dit-il, le gouvernement devra éviter le favoritisme lorsqu’il rebâtira le réseau d’eau.

« Si la reconstruction n’est pas faite de manière équitable, cela conduira à d’autres tensions et clivages au sein même de la Syrie alors qu’elle commence à se remettre du conflit », a dit M. King.

L’analyste syrien Nabil al-Samman est d’accord. Dans un article paru récemment dans le journal saoudien Asharq al-Awsat, il a écrit que l’eau pourrait être le catalyseur de futurs conflits entre les États de la région, y compris la Syrie et la Turquie.

La Syrie et la Turquie ont déjà mené une longue guerre de guérilla, à partir des années 1970, en utilisant le groupe de milice kurde du PKK comme proxy.

Joshua Landis se souvient que l’ancien président syrien Hafez al-Assad avait accordé à Ocalan, le dirigeant du PKK, un bureau à Damas et aidé les Kurdes dans leur insurrection en Anatolie orientale [de la Turquie]. « C’était une guerre et cela a été fait en partie parce que la Turquie a commencé à endiguer l’Euphrate, et Assad était en colère et il ne savait pas comment les arrêter ».

Reconnaissant que les réservoirs vides et les terres desséchées sont une menace pour tous les peuples, les Nations Unies ont voté en 2010 pour faire de l’accès à l’eau un droit universel, et la plupart des nations recourent maintenant au droit international pour arbitrer les différends relatifs à l’eau.

Cette option s’est toutefois effondrée lorsque les puissances régionales sont entrées dans l’arène de la guerre civile syrienne, lorsque les nombreux groupes de milices du pays, souvent armés et soutenus par les pays voisins, ont préféré la force aux négociations.

Pour l’avenir, Marcus King s’inquiète plus du conflit interne que du conflit externe pour la Syrie. “Ce qui m’inquiète, dit-il, ce sont certains des facteurs infranationaux, certaines des inégalités internes, des clivages et des désaccords qui pourraient conduire à des conflits autour de l’eau.

Tempérant les inquiétudes concernant les frictions entre la Turquie et la Syrie, King et d’autres notent que la dernière guerre menée exclusivement pour l’eau dans le Levant remonte à l’antiquité, et il doute qu’une nouvelle guerre soit probable.

Cet article a été traduit et édité par Syria Intelligence (VOA, par Edward Yeranian, le 28 Août 2018)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.