La Russie et la Turquie sont satisfaites des pourparlers sur la Syrie mais le sort des YPG n’est toujours pas clarifié

Par Maxim A. Suchkov, rédacteur en chef de la rubrique Russie / Moyen-Orient d’Al-Monitor. Il est expert non résident au Russian International Affairs Council et au Club de discussion international de Valdai. La version originale de cet article a été publiée le 1er janvier sur Al-Monitor en anglais « Russia, Turkey content with talks on Syria but fate of YPG still unclear ».

Des responsables russes et turcs se sont rencontrés à Moscou à la suite de la décision du président Trump de retirer les forces américaines de Syrie, mais ne font aucune mention publique de ce qui va se passer à Manbij.

Le 29 décembre, une délégation turque de haut niveau composée du ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, du ministre de la Défense Hulusi Akar, du chef du renseignement Hakan Fidan et de l’aide de camp Ibrahim Kalin est venue à Moscou pour discuter de la Syrie.

Depuis que le président américain Donald Trump a annoncé soudainement le retrait des troupes américaines de Syrie, les spéculations sur les gagnants et les perdants n’ont pas manqué. Pourtant, les principaux acteurs de la dynamique en Syrie actuellement – la Russie, la Turquie et l’Iran – ont tous eu les mêmes préoccupations au sujet des complications immédiates que pourrait entraîner la décision soudaine sur les plans politique et opérationnel.

Alors que l’opinion dominante à Moscou semble avoir été que cette décision donne du pouvoir à la Turquie, beaucoup à Ankara suggèrent que la décision Trump renforce encore plus le rôle de négociation de la Russie en Syrie et que toutes les routes concernant la situation à Idlib et à l’Est de l’Euphrate conduisent maintenant vers le Kremlin.

Les deux parties ont probablement raison dans leurs points de vue respectifs sur cette situation. La Turquie est une puissance essentielle au Moyen-Orient : Washington n’a peut-être pas une vision claire de la région, mais il y a suffisamment de professionnels à tous les niveaux du gouvernement américain qui reconnaissent l’importance de la Turquie et font pression pour une relation plus étroite entre les deux alliés de l’OTAN. Le « transfert » de la Syrie par Trump au président turc Recep Tayyip Erdogan est largement perçu à Moscou comme le reflet de cette intention. Il en va de même de la vente probable du système de défense aérienne Patriot et de la levée des sanctions contre la Turquie.

D’une part, pour la Russie, toute l’approche des rapports avec Erdogan ne consistait pas tant à semer la discorde entre la Turquie et les Etats-Unis qu’à offrir des incitations suffisamment fortes pour qu’Ankara veuille s’accrocher à Moscou et non à Washington. Le président russe Vladimir Poutine a personnellement travaillé méticuleusement sur cette politique depuis longtemps.

Ce n’est pas un hasard si le jour où la délégation turque de haut niveau est arrivée à Moscou, le ministère russe de l’Agriculture a annoncé qu’il envisageait de doubler le quota d’importation de tomates de Turquie à 100 000 tonnes par an. Moscou a levé l’interdiction des importations de légumes en provenance de Turquie en novembre 2017, mais les quotas sont restés un point sensible dans les relations bilatérales.

D’un autre côté, la Turquie a été assez habile pour jouer à la fois avec la Russie et les Etats-Unis afin d’obtenir les meilleurs accords possibles pour le plus grand bien de ses propres intérêts. Le test du jet russe abattu à la fin de l’année 2015 a toutefois incité Erdogan à ne pas trop exagérer avec Poutine. Moscou et Ankara ont depuis lors été plus prudentes lorsqu’il s’agissait d’avancer sur le terrain de l’autre. La situation actuelle en Syrie rend cette expérience particulièrement utile. La Russie fait preuve d’empathie à l’égard des préoccupations fondamentales de la Turquie en matière de sécurité concernant le YPG et les autres forces kurdes. La Turquie, pour sa part, doit se ranger du côté de l’agenda russe sur la préservation de l’intégrité territoriale syrienne et sur Assad en tant que dirigeant du pays, du moins pour le moment.

« Nous partons du principe que la question kurde est une question sensible dans toute la mosaïque politique de la Syrie. Les actions turques dans le nord du pays sont une mesure temporaire qui a trait à leurs préoccupations en matière de sécurité, principalement en ce qui concerne la menace terroriste. La Turquie affirme son plein engagement en faveur de l’intégrité de la Syrie et Moscou n’a aucune raison de se méfier », a déclaré Gennady Gatilov, ambassadeur de Russie à la mission des Nations unies à Genève, le 25 décembre au journal Izvestia.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réitéré l’idée trois jours plus tard, le 28 décembre : « Nous abordons les plans d’Ankara de mener des actions antiterroristes supplémentaires dans l’est de la Syrie en partant de la position [nécessaire] d’éliminer les derniers terroristes sur le territoire syrien et de restaurer sa souveraineté et son intégrité territoriale ».

La rencontre à Moscou a montré que les parties se surveillent mutuellement pour s’assurer que l’autre partie ne gagne pas quelque chose au détriment de son propre programme. Cependant, ni l’un ni l’autre ne s’est précipité pour combler le vide laissé par les États-Unis. Par conséquent, les lignes des accords associés dans le cadre du format Astana restent le cadre général de la coopération trilatérale entre la Russie, la Turquie et l’Iran.

« Nous avons eu une réunion très utile avec notre équipe interdépartementale. … Nous avons accordé une attention particulière aux nouvelles circonstances qui sont apparues après le retrait militaire annoncé par les Etats-Unis de Syrie », a déclaré M. Lavrov après la reprise des pourparlers avec ses collègues turcs.

Essentiellement, les trois points à retenir de la rencontre sont, comme l’a dit Lavrov : comprendre comment les représentants militaires russes et turcs « continueront à coordonner leurs actions ‘sur le terrain’ dans de nouvelles conditions » ; définir « des mesures spécifiques pour dynamiser le travail conjoint visant à créer les conditions qui permettront à davantage de réfugiés de rentrer chez eux » ; et le lancement du comité constitutionnel « qui doit commencer à travailler à Genève … avec Geir O. Pedersen, nouveau envoyé spécial des Nations Unies en Syrie ».

« La Turquie et la Russie ont pour objectif commun de débarrasser la Syrie de toute organisation terroriste », a ajouté M. Cavusoglu, après M. Lavrov.

« La Turquie continuera à coopérer étroitement avec l’Iran et la Russie sur la Syrie et les questions régionales », a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères.

Aucune mention n’a été faite au sujet du YPG ni de la situation à Manbij, où les nouvelles contradictoires sur la présence de l’armée syrienne affluent depuis quelques jours. Le 28 décembre, l’armée syrienne aurait été déployée à Manbij, tandis que le lendemain, des sources du YPG ont déclaré que Damas « n’a pas l’intention d’entrer » dans la ville elle-même et que les troupes syriennes sont seulement dans la région.

A première vue, il est difficile de concilier l’idée d’une « opération antiterroriste » turque, qui implique clairement de pousser les forces du YPG hors des zones qu’elles occupent actuellement, avec la notion « d’intégrité territoriale », à moins que Moscou n’ait de solides garanties d’Ankara que cette dernière va soit libérer ces zones soit les transférer sous le contrôle des forces syriennes. Il existe de nombreuses théories sur la façon dont cela pourrait se produire.

La première est que la situation avec le YPG pourrait faire partie d’un accord russo-turc sur Idlib. Une autre suggère que Moscou pourrait proposer au YPG une sorte d’arrangement pour un engagement avec Damas qui permettrait à la fois de sauver les forces kurdes de la confrontation contre l’armée turque et serait relativement approprié pour Ankara. En l’absence d’une meilleure alternative, les Kurdes pourraient saisir cette occasion pour faire entendre leur voix dans la Syrie d’après-conflit. Sinon, l’amère leçon tirée de la campagne Afrin au début de cette année pourrait se répéter.

En fin de compte, Moscou n’acceptera probablement pas un scénario qui pourrait être perçu par Erdogan comme portant atteinte aux intérêts d’Ankara en matière de sécurité ou à sa position intérieure à l’approche des élections locales du 31 mars, car Moscou craint qu’une telle situation n’entraîne un comportement turc plus affirmé et moins coopératif. Par coïncidence, les élections auront lieu à peu près à l’expiration du délai fixé pour le retrait des troupes américaines ; les trois prochains mois pourraient être déterminants pour le sort de la région et pour les positions de la Turquie en Syrie. Une lutte politique subtile et tenace entre la Russie et la Turquie est probable – sans parler de l’implication de l’Iran, qui est en apparence hors jeu mais en réalité toujours bien présent. Néanmoins, le processus se déroulera dans les formats semi-diplomatiques existants.

Le prochain sommet des chefs du groupe d’Astana – Poutine, Erdogan et le président iranien Hassan Rouhani – aura lieu « début 2019 » en Russie. Selon la date et l’état de la situation en Syrie d’ici là, le président turc pourrait aller voir son homologue russe à Moscou ou à Sotchi avant le sommet. Erdogan en tête de la liste des dirigeants étrangers avec qui Poutine a eu le plus d’appels téléphoniques en 2018 – 18. A titre de comparaison, Poutine a eu 10 entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et deux avec les dirigeants des Etats-Unis, de l’Iran, de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie et de l’Egypte. De plus, des contacts multicanaux avec la Turquie ont lieu quotidiennement.

« Je tiens à remercier une fois de plus tous nos amis turcs pour notre travail commun et en particulier pour la conversation que nous avons eue aujourd’hui », a déclaré M. Lavrov à l’issue de la rencontre avec la délégation turque.

« Cela nous permet d’entrer dans la nouvelle année avec plus d’optimisme concernant le règlement syrien. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.