Syria-Intelligence-Président-Poutine-rencontre-le-roi-Adbullah-II-de-Jordanie-en-Russie

Le rétablissement des liens entre la Jordanie et la Syrie passe par la Russie

Alors que les combats semblent se terminer en Syrie, on commence à parler de normaliser les liens entre la Jordanie et la Syrie, mais la question n’est pas aussi simple pour Amman.

L’armée syrienne étendant son contrôle sur la majeure partie du sud de la Syrie, y compris le long de la frontière avec la Jordanie, les Jordaniens sont divisés quant à la possibilité de normaliser les liens entre Amman et Damas après sept ans de tensions. Aucune position officielle n’a été prise par le gouvernement jordanien ou le régime syrien sur la question. Il y a toutefois des signes que les deux pays envisagent de rouvrir leur passage frontalier comme une étape vers le rétablissement complet des liens entre les deux pays.

Le 22 juillet, Ammonnews.net, un site d’information jordanien pro-gouvernemental, a cité des « sources informées » notant que la décision de rouvrir le point de passage de Nasib dans les deux sens doit faire l’objet d’un accord mutuel et nécessite une coordination entre les deux pays. Un jour auparavant, le quotidien Al-Ghad avait rapporté que des sources russes avaient déclaré que l’autoroute Amman-Damascus était sûre pour les voyageurs, puisque les combattants de Jabhat al-Nusra avaient été évacués de la région.

L’armée syrienne s’est emparée du poste frontière de Nasib, dans la province de Daraa, le 6 juillet. Deux jours plus tard, l’agence de presse officielle syrienne, SANA, a annoncé que les travaux de réhabilitation de la route reliant Damas et Amman avaient déjà commencé après trois ans de fermeture suite à la saisie par les rebelles du point de passage avec la Jordanie. L’agence a dit que la route serait prête à la circulation civile d’ici une semaine.

Le quotidien arabe « semi-officiel » Addustour a publié le 18 juillet un rapport dans lequel un certain nombre d’hommes d’affaires et d’organisations commerciales jordaniens ont appelé le gouvernement à rouvrir les frontières avec la Syrie. Il a cité Adnan Ghaith, député de la Chambre d’industrie d’Amman, qui a déclaré que la réouverture de la frontière avec la Syrie relancerait l’économie jordanienne, qui avait souffert de la fermeture des frontières terrestres du pays avec la Syrie et l’Irak.

En fin de compte, la décision de rouvrir les frontières dans les deux sens est une question politique et non économique. Les relations entre Amman et Damas s’étaient effondrées lorsque le soulèvement syrien a éclaté en 2011, d’abord sous la forme de manifestations de masse dans la province méridionale de Daraa. La majorité des Jordaniens soutenait les revendications des manifestants syriens pacifiques, et la position officielle d’Amman y était également favorable. La rue jordanienne s’est toutefois polarisée à mesure que le soulèvement est devenu insurrectionnel et que des djihadistes étrangers militants, y compris des Jordaniens, y ont été mêlés.

La réaction impitoyable du régime contre ses propres citoyens et l’arrivée des milices iraniennes et du Hezbollah pour soutenir le président Bachar al-Assad ont aggravé les divisions jordaniennes. En 2015, Damas a accusé la Jordanie de former et d’armer les rebelles syriens avec l’aide des États-Unis et des pays du Golfe. Amman a d’abord nié ces affirmations, mais a admis par la suite qu’elle avait formé des rebelles modérés, non pas pour combattre le régime, mais pour empêcher les militants de l’État islamique d’infiltrer ses frontières.

Tout au long de la crise, la Jordanie et la Syrie ont maintenu des liens diplomatiques ainsi qu’une coordination militaire et de renseignement. Après le début de l’intervention militaire russe en septembre 2015, le roi Abdallah II de Jordanie a soutenu le rôle de Moscou, considérant qu’il contribuait à mettre fin à la crise et à permettre un règlement politique. Amman n’a jamais demandé le retrait d’Assad ou le changement de régime.

En fait, la Jordanie a récemment joué un rôle important en faisant pression sur les milices de l’Armée syrienne libre (ASL) à Daraa pour qu’elles entament des négociations avec les Russes au début du mois de juillet. Cette décision s’est accompagnée d’une opération militaire massive lancée par Damas et Moscou qui a mis fin à l’accord de zone de désescalade négocié l’année dernière entre Amman, Washington et Moscou. Le résultat de ces deux événements a été l’accord de trêve controversé qui a mis fin à la présence des rebelles dans le sud de la Syrie.

Amman s’attend maintenant à ce que Moscou joue un rôle dans la levée des obstacles avant de rétablir les liens entre la Jordanie et la Syrie. En particulier, elle veut que les Russes facilitent le processus de rapatriement de dizaines de milliers de réfugiés syriens qui ont fui vers le royaume. Le 20 juillet, le gouvernement russe a présenté aux États-Unis une proposition visant à organiser le retour d’environ 1,7 million de réfugiés syriens dans les zones d’avant-guerre en Syrie, la priorité étant accordée aux réfugiés en Jordanie et au Liban. Le 22 juillet, Al-Ghad a rapporté que le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman al-Safadi avait discuté de la question du rapatriement des réfugiés syriens lors d’un appel téléphonique avec son homologue russe, Sergey Lavrov, entre autres sujets.

Une autre priorité pour la Jordanie, ainsi que pour Israël, est d’obtenir des garanties russes pour que les milices iraniennes et les combattants du Hezbollah gardent une distance acceptable par rapport aux frontières jordaniennes. Un tel arrangement semble avoir été négocié lorsque le président américain Donald Trump a rencontré le président russe Vladimir Poutine à Helsinki le 16 juillet.

Pour la Jordanie aussi, il y a la question complexe du retour des combattants jordaniens et de leurs familles depuis la Syrie. Mohammad Daoudieh, ancien ministre du gouvernement et diplomate, a écrit dans Addustour le 20 juillet que le retour de 1 325 Jordaniens partis combattre en Syrie et en Irak nécessite une réponse sécuritaire, et non une décision politique. La Jordanie a gardé ses frontières fermées à ces combattants, déclarant qu’ils ne peuvent rentrer chez eux que par des voies légitimes et qu’ils seront poursuivis en justice.

Le 22 juillet, Reuters a rapporté que la Jordanie avait reçu 800 personnes, y compris des membres des Casques blancs de Syrie, le groupe de volontaires de la défense civile, qui avaient été évacués du sud-ouest de la Syrie dans le cadre d’une mission que les responsables israéliens ont déclaré avoir facilité. Dans le passé, le gouvernement syrien avait accusé l’organisation soutenue par les Etats-Unis de terrorisme. Entre-temps, la Jordanie subit des pressions pour aider 270 journalistes et militants des médias syriens pris au piège dans des poches tenues par les rebelles dans le sud de la Syrie.

Le défi pour Amman sera de faire face aux possibles réactions populaires si les liens avec Damas sont normalisés. Pour de nombreux Jordaniens, le régime syrien est coupable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, il semble donc inconcevable de normaliser les relations avec lui. D’autres ont exprimé leur soutien à une reprise rapide des liens normaux, parce qu’ils se félicitent de la victoire du régime contre ce qu’ils considèrent comme des complots étrangers.

L’analyste politique Labib Kamhawi a déclaré à Al-Monitor que la Jordanie fait un effort particulier pour rétablir la confiance avec le régime syrien, mais qu’il en faudra plus pour « assainir atmosphère ». Il a noté que le rôle de la Russie sera crucial dans le rétablissement des liens. « La politique de la Jordanie depuis le début de la crise en Syrie a été ambiguë, et les Syriens sont conscients du rôle d’Amman en Syrie, mais ils sont également conscients des pressions qu’elle a subies de la part des Américains et des Saoudiens » a dit Kamhawi.

Au sujet de la polarisation de la rue jordanienne, Kamhawi croit que même si les Jordaniens sont divisés sur Assad, ils sont unis dans leur soutien à l’unité et à la stabilité de la Syrie. « Il y a des liens du sang et des intérêts économiques mutuels, et nous pourrions même découvrir que ceux qui soutiennent Assad sont maintenant la majorité des Jordaniens » a-t-il conclu.

Cet article a été traduit et édité par Syria Intelligence (al-Monitor, par , le 23 Juillet 2018)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.