Le ministère russe de la Défense fait porter à Israël la responsabilité dans le crash de l’Iliouchine IL-20

Le ministère de la défense russe a publié dimanche des informations détaillées sur les circonstances du crash de l’avion IL-20 appartenant à l’armée de l’air russe, qui s’est écrasé non loin de la ville côtière de Lattaquié le 17 septembre.

Le porte-parole du ministère russe de la défense, le général Igor Konachenkov, a considéré que la responsabilité dans le crash de l’avion russe IL-20 en Syrie retombe intégralement sur l’armée de l’air israélienne, indiquant que l’attitude de cette dernière lors de l’incident avec le IL-20 a mis en danger les vols civils.

Il a ajouté lors d’une conférence de presse qu’Israël violait les accords visant à éviter les incidents en Syrie, en avertissant de ses frappes seulement au moment de l’attaque. Il a précisé que le représentant israélien avait averti la partie russe de la frappe, prévue le 17 septembre en Syrie, en langue russe – un enregistrement audio est disponible – mais le ministère russe de la défense a considéré qu’Israël a trompé la Russie en lui indiquant une mauvaise position de la frappe programmée, empêchant ainsi l’avion IL-20 de rejoindre une zone sécurisée. De même qu’elle n’a pas informé la Russie de la position de ses avions avant l’incident.

Konachenkov a expliqué qu’un avion de chasse israélien a opéré une manœuvre de rapprochement de l’avion russe IL-20, ce que les batteries anti-aériennes syriennes ont considéré comme une nouvelle tentative de bombardement, révélant que les pilotes des avions F-16 israéliens se sont cachés derrière le IL-20 russe pour se protéger des systèmes anti-aériens syriens.

Vidéo 3D du crash de l’Iliouchine IL-20 des forces armées Russes au large de la Syrie publiée par le ministère russe de la Défense

Il a également précisé que l’équipage de l’avion russe IL-20 avait entamé un atterrissage d’urgence après avoir été touché par un missile en provenance des batteries anti-aériennes, indiquant que des avions F-16 israéliens sont sortis de la zone de manœuvres dix minutes après les avoir informés du crash l’avion IL-20.

Il a également révélé que l’armée israélienne avait proposé son aide 50 minutes après le crash, considérant qu’elle « a permis une négligence criminelle, ou qu’elle s’est comportée de façon non-professionnelle, causant le crash de l’avion russe IL-20 ».

Le porte-parole du ministère russe de la défense a assuré que son pays n’avait jamais violé les accords avec Israël concernant le survol de la Syrie, et a notifié à Israël de l’activité de son aviation dans le ciel syrien douze fois plus que ne l’a fait Israël à l’égard de la Russie, assurant que l’aviation israélienne a constitué à plusieurs reprise un danger pour les militaires russes en Syrie.

Konachenkov a précisé que la police militaire russe est déployée le long de la ligne de séparation sur le plateau du Golan sur six postes d’observation, et que plus de 1000 membres affiliés à des groupes d’obédience iranienne et 24 batteries de missiles ont été retirés dudit plateau avec la participation du ministère russe de la Défense.

Le porte-parole du ministère russe de la défense, le général Igor Konachenkov, lors du briefing spécial sur le crash de l'avion Il-20 en Syrie
Le général Konachenkov lors du compte-rendu détaillé sur le crash de l’avion Il-20 en Syrie (Ministère de la Défense)

Le ministère russe de la défense avait annoncé samedi qu’il publierait des informations concernant les circonstances du crash de l’avion IL-20, et sur les activités de l’aviation israélienne près des côtes de Lattaquié.

Le ministère russe de la Défense avait fait porter à Israël la responsabilité dans la mort de 15 soldats russes à bord d’un avion IL-20 dont la base Hmeimim avait perdu la trace lors d’une attaque israélienne lundi soir dernier au-dessus de Lattaquié à l’Ouest de la Syrie.

Il est à noter qu’après le crash de l’avion, le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses forces de déployer des systèmes de surveillance et de protection sophistiqués pour assurer la défense de Hmeimim et Tartous à l’ouest de la Syrie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.