Syria-Intelligence-international-fair-Damas

Une délégation jordanienne à Damas : vers une restauration des relations économiques ?

Une délégation de la Chambre jordanienne de commerce se dirige aujourd’hui vers la capitale syrienne afin de participer à la 60ème Foire internationale de Damas. Des rencontres avec des responsables économiques syriens sont prévues, dans ce qui constitue un prélude vers une réactivation des relations commerciales entre les deux pays, pour permettre par la suite un renforcement des échanges, et arriver enfin à l’ouverture des frontières et à un réchauffement des relations officielles entre Damas et Amman par la porte économique.

Bien que des sociétés jordaniennes aient pris part de façon individuelle à la Foire internationale de Damas l’année précédente, la présence commerciale de la Jordanie cette année sera plus large, reflétant ainsi le processus de rapprochement suite aux derniers événements militaires dans le Sud syrien. Elle fait également écho à l’engagement de la Jordanie de fermer ses frontières afin d’empêcher l’infiltration de rebelles, après avoir coupé l’approvisionnement des groupes qui s’effectuait depuis la MOC, et qui avait été au préalable invités à consentir à un règlement avec le gouvernement.

Une délégation forte de 90 membres de la Chambre de commerce de Jordanie arrive aujourd’hui. Des hommes d’affaires et autres, emmenés par le vice-président de la Chambre, M. Ghassan Khorfan, se rendent à Damas pour participer à la Foire internationale de Damas. Cette visite revêt un aspect « purement économique et commercial », insiste le président de la délégation, alors que s’opère un rapprochement jordano-syrien depuis la coopération dont a fait preuve Amman après que l’Administration américaine a cessé de soutenir les factions armées. Cette orientation a commencé à prendre forme de façon opérationnelle depuis le refus de la Jordanie d’ouvrir ses frontières, et le lancement d’opérations militaires afin d’éloigner les rebelles de la frontière. Les premiers signes de réussite de cette coordination transparaissent dans la remise en état du poste-frontière de Nasib, en vue de sa prochaine ouverture à la circulation entre les deux pays, non seulement aux personnes mais également aux marchandises commerciales et aux produits agricoles et industriels.

Le président de la délégation a fait état, lors d’un entretien avec Al-Akhbar, de son optimisme concernant cette visite, insistant sur les relations historiques entre Jordaniens et Syriens, et sur le fait que « seuls l’amitié et le respect prévalent entre les deux parties ». En réponse à une question concernant l’invitation de la Syrie à participer à la Foire internationale, il a répondu que « l’invitation a été adressée officiellement à la Chambre jordanienne de commerce via l’Union syrienne des chambres de commerce. La Chambre jordanienne a, à son tour, envoyé des notifications à ses membres, qui ont répondu favorablement en nombre, à hauteur de 140 personnes. La délégation sera cependant composée de 90 membres, sans compter les participations individuelles ». Il a ajouté que la délégation représente une large part d’entreprise de services, du bâtiment ou du secteur technique. En réponse à une question d’Al-Akhbar au sujet d’une éventuelle signature d’accords lors de cette visite, M. Khorfan s’est borné à affirmer que les membres de la délégation, qui viennent du secteur privé jordanien, espèrent une reprise des relations économiques « comme intérêt commun entre Jordaniens et Syriens », après une détérioration du secteur commercial entre les deux pays ces dernières années.

Il ajoute que la délégation jordanienne tiendra des réunions avec les ministres syriens du Fret, du Commerce local et de l’Economie, ainsi qu’avec le président de l’Autorité de l’Investissement et l’Union des chambres syriennes de commerce et d’industrie. M. Khorfan a également assuré que la Chambre jordanienne de commerce adressera en retour une invitation à la dite Union pour une visite à Amman, niant toute pression directe exercée par les membres de la Chambre jordanienne de commerce en direction d’une ouverture plus rapide du poste-frontière de Nasib. Il ajoute dans le même temps que ces derniers, « en tant qu’acteurs commerciaux faisant partie de la Chambre jordanienne de commerce, voient d’un œil positif cette mesure, de laquelle découlera une reprise économique entre les deux pays ».

A l’aune des circonstances économiques actuelles en Jordanie, un retour des relations économiques avec la Syrie apparaît comme pressant, d’autant plus au vu de la présence de projets de reconstruction auxquels la Jordanie entend se tailler une part importante, bien favorisée par sa situation géographique aux frontières irakiennes et syriennes.

Concernant les préparatifs opérationnels, la Jordanie a signé fin 2017 des accords en vue de la construction d’un aéroport et d’un centre logistique dans la ville d’Al-Mafraq, à l’Est du royaume, non loin de la frontière syro-irakienne, en partenariat avec la société Safe Port, qui siège aux Etats-Unis, et dont la direction est composée de hauts officiers à la retraite de l’armée et des forces de la Marine américaines.

Cet article a été traduit et édité par Syria Intelligence (al-Akhbar, par Asma Awwad, le 4 septembre 2018)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.