Le Premier ministre limogé alors que la crise financière s’aggrave en Syrie

Le président Assad a limogé le Premier ministre Imad Khamis, un mois avant la tenue des élections législatives et la formation d’un nouveau gouvernement, alors que la crise économique s’aggrave en Syrie.

Le président syrien Bachar al-Assad a limogé son Premier ministre Imad Khamis après des jours de protestations qui ont vu des centaines de manifestants en zones gouvernementales descendre dans la rue en raison de la détérioration de la situation économique du pays.

Imad Khamis sera remplacé par le ministre des ressources en eau Hussein Arnous, originaire de la province d’Idlib et qui était auparavant gouverneur des provinces de Deir ez-Zor et de Qouneitra. Hussein Arnous restera ministre des ressources en eau et assurera l’intérim jusqu’à la tenue des élections législatives en juillet et la formation d’un nouveau gouvernement.

Cette décision intervient alors que le gouvernement syrien fait face à une crise économique qui s’aggrave. La monnaie du pays se déprécie rapidement alors que la crise économique et financière frappe au Liban voisin. L’économie souffre également du coût de la guerre, de la corruption généralisée et des sanctions occidentales.

De nouvelles sanctions américaines devraient entrer en vigueur le 17 juin. Connues sous le nom de « U.S. Caesar Syria Civilian Protection Act », elles viseront à sanctionner toute entité ou pays qui fait des affaires avec le gouvernement syrien. Les sanctions devraient aggraver la situation économique déjà désastreuse de la Syrie, où plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les médias syriens accusent les États-Unis de pratiquer le « terrorisme économique ».

La monnaie nationale, la livre syrienne, s’est effondrée ces dernières semaines, atteignant un niveau record par rapport au dollar. La livre, qui s’échangeait à 47 livres pour un dollar avant le conflit en 2011, a chuté à plus de 3 000 pour un dollar cette semaine. Les prix des produits de base sont montés en flèche, tandis que certains produits de base ont disparu des marchés, les commerçants et le public ayant du mal à suivre l’augmentation du coût de la vie.

La monnaie a retrouvé une partie de sa valeur au cours des dernières 24 heures, les responsables de la Banque centrale syrienne ayant déclaré avoir pris des mesures contre la manipulation des devises et des actions visant à soutenir la monnaie.

Cette semaine, de rares protestations ont éclaté dans la province de Suweida, à majorité druze, où des centaines de manifestants ont critiqué la gestion économique du gouvernement.

Les élections parlementaires sont prévues pour le mois prochain. Initialement prévues en avril, les élections ont été reportées à deux reprises en raison des restrictions imposées pour lutter contre la propagation du Coronavirus.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.