L’Egypte renforce ses liens avec la Syrie

En réponse à l’opération « Source de paix » de la Turquie dans le nord de la Syrie, le parlement égyptien a accueilli l’ambassadeur de Syrie en Égypte, Bassam Dawich, afin de montrer son soutien officiel à la Syrie contre la Turquie, et en prélude à de meilleures relations diplomatiques.

Le Parlement égyptien n’a cessé de prendre des mesures de soutien à la Syrie depuis que la Turquie a lancé l’opération « Source de paix » dans le nord du pays le 9 octobre. La Commission des affaires arabes du Parlement égyptien a condamné dans une déclaration du 4 novembre « l’agression turque sur le territoire syrien »

Le Parlement n’a pas seulement soutenu la Syrie dans ses déclarations. A l’invitation du Comité des affaires arabes, le parlement a accueilli le 20 octobre l’Ambassadeur de Syrie en Égypte, Bassam Darwish, et sa délégation, qui ont reçu une ovation debout à la séance plénière.

En outre, une délégation du Parti unioniste progressiste national, un parti de gauche, s’est rendue le 23 octobre à l’ambassade de Syrie pour exprimer le soutien de l’Égypte à la Syrie contre la Turquie.

A l’invitation de l’Association du barreau égyptien, le Bureau permanent de l’Union des avocats arabes a tenu le 27 octobre une session d’urgence en Egypte, en présence de Darwish. Les participants ont appelé au retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, au soutien des forces armées arabes syriennes et au boycott de tous les biens turcs.

Le soutien égyptien à Darwish a également impliqué les médias pro-régime. S’exprimant au téléphone le 9 octobre sur l’émission du journaliste égyptien Ahmed Moussa sur la chaîne Sada El Balad, Darwish a expliqué le rôle des forces armées syriennes contre les opérations militaires turques dans le nord du pays.

Les observateurs estiment que les mesures prises par l’Égypte pour soutenir la Syrie visent à rétablir les liens entre l’Égypte et le gouvernement syrien et à favoriser l’échange de visites diplomatiques de haut niveau entre les deux pays.

Abdel Hamid Kamal, membre du Parlement et haut responsable du Parti unioniste progressiste national, a déclaré à Al-Monitor : « Le Parlement qui accueille l’ambassadeur de Syrie en Egypte, Bassam Darwish, est la preuve que la rue égyptienne salue le soutien à la Syrie et à ses forces armées et le rétablissement des relations diplomatiques. Le Parlement égyptien est une institution élue qui exprime les orientations de la rue égyptienne et ne s’écarte pas de la politique étrangère officielle de l’Etat égyptien. »

« Les opérations militaires turques dans le nord de la Syrie ont poussé le parlement égyptien à déclarer son soutien à la Syrie face aux plans colonialistes, et accéléreront le rétablissement des liens entre les deux pays », a-t-il ajouté.

Dans le même ordre d’idées, le général de division Saad al-Gamal, vice-président du Parlement arabe et membre de la Commission parlementaire des affaires arabes, a déclaré à Al-Monitor : « Le rôle arabe dans la crise syrienne est absent. Le parlement égyptien qui accueille Darwish – le considérant comme un représentant diplomatique du gouvernement syrien – montre que le parlement se félicite de toute visite de diplomates syriens pour soutenir la cause syrienne, son intégrité territoriale et les forces armées arabes syriennes. »

« L’Egypte concentre actuellement ses efforts sur une mobilisation arabe pour le soutien de la Syrie et a un intérêt dans le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe », a-t-il déclaré. « C’est d’autant plus vrai que, remarquablement, les pays du Golfe ont opté pour une position équilibrée face à la crise syrienne et se sont opposés à l’agression turque en territoire syrien. »

« Les relations de l’Egypte avec le gouvernement syrien et les forces armées arabes syriennes progressent de manière délibérée, à commencer par la promotion des relations parlementaires et populaires entre l’Egypte et la Syrie, le soutien diplomatique officiel des forces armées arabes syriennes dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, le retour de la Syrie dans la Ligue arabe et la consolidation du rôle arabe envers ce pays », a ajouté Gamal.

Mohamed Orabi, ancien ministre des affaires étrangères et membre de la commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré à Al-Monitor : « Le retour des visites diplomatiques de haut niveau entre l’Égypte et la Syrie exige que la Syrie retourne à la Ligue arabe, sur laquelle l’Égypte travaille. »

Orabi a déclaré : « Les États du Golfe – à l’exception du Qatar – ont changé d’avis à l’égard du régime syrien, ce qui faciliterait le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, puis celui de visites diplomatiques de haut niveau entre l’Égypte et le gouvernement syrien. »

Tarek Fahmy, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, a déclaré : « La visite de Darwish au Parlement est un signe important indiquant que les relations de l’Egypte avec le gouvernement syrien ont progressé. C’est parce que le Parlement est l’expression du peuple. Cela implique que le peuple égyptien soutient le gouvernement syrien et les forces armées arabes syriennes, le parlement accueillant le représentant officiel et diplomatique du gouvernement syrien. »

Il a ajouté : « Il existe un soutien officiel pour les mesures prises par le gouvernement syrien, d’autant plus qu’il y a des visites de sécurité de haut niveau entre l’Égypte et le gouvernement syrien. Parmi celles-ci, on peut citer notamment la visite au Caire, en décembre 2018, du général Ali Mamlouk, chef du bureau syrien de la sécurité nationale, au cours de laquelle il a rencontré des responsables du renseignement égyptien. »

L’agence de presse syrienne SANA a rapporté le 23 décembre 2018 que Mamlouk s’était rendu au Caire à l’invitation du chef du renseignement égyptien Abbas Kamel, ajoutant que les deux parties avaient discuté de questions d’intérêt commun, notamment de questions politiques, de sécurité et de lutte antiterroriste.

« Le soutien égyptien au gouvernement syrien et aux forces armées arabes syriennes est direct », a ajouté M. Fahmy. « Le discours politique égyptien est centré sur l’intégrité territoriale indispensable, la solution politique, le soutien aux forces armées arabes syriennes et la nécessité pour la Syrie de revenir à la Ligue arabe. »

Il a expliqué que « les ministres des gouvernements égyptien et syrien échangeront des visites, en particulier dans les domaines de la culture et des services dans la période à venir, en plus des visites parlementaires. Au moment opportun, il y aura un retour de visites diplomatiques de haut niveau de hauts responsables syriens et égyptiens, en particulier après le retour de la Syrie à la Ligue arabe pour des considérations relatives à certains pays arabes et occidentaux. »

Fahmy a noté que l’Egypte travaille à la restauration complète des relations et des visites entre les deux pays, et a conclu, « l’Egypte prend des mesures qui lui permettront de réaliser son objectif, car le Caire est très intéressé par le peuple syrien qui souhaite retrouver la stabilité dans son pays. »

Par George Mikhail, journaliste indépendant spécialisé dans les questions relatives aux minorités et à la politique. Diplômé de l’Université du Caire en 2009, il a travaillé pour de nombreux journaux égyptiens. La version originale de cet article a été publiée le 14 novembre sur Al-Monitor en anglais « Egypt boots ties with Syria ».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.