Le retrait des rebelles autour de la M-4 garanti par la Turquie toujours non effectif malgré un délai russe

L’accord de cessez-le-feu signé le 5 mars à Moscou a permis de rétablir un semblant de calme dans la région d’Idlib, théâtre pendant plusieurs mois d’intenses combats entre l’armée syrienne et les groupes rebelles qui ont déplacé près d’un million de personnes en trois mois.

L’accord a permis à l’armée syrienne soutenue par la Russie de consolider ses gains sur les groupes rebelles soutenus par la Turquie, mais a stoppé l’offensive syrienne et dissipé la plus grande crainte d’Ankara, un afflux de réfugiés syriens en Turquie.

Selon l’accord, un corridor de sécurité de 6 km de profondeur au nord (géré par la Turquie) et de 6 km de profondeur au sud de l’autoroute M-4 (géré par la Russie) dans la région d’Idlib devait être assuré. Des patrouilles conjointes turco-russes devaient également commencer le 15 mars le long de l’autoroute M-4 entre Turunba et Ain al Hawr.

Patrouilles conjointes russo-turques impossible à assurer

L’armée russe n’a jamais été en mesure d‘effectuer les patrouilles convenues le long de l’autoroute M-4 en raison de la destruction des routes et des menaces d’attaques des groupes rebelles et djihadistes.

L’armée russe avait donné à la Turquie jusqu’au 12 mars pour évacuer les zones tenues par les groupes rebelles le long de l’autoroute M-4. Les groupes rebelles refusant de quitter les zones autour de l’autoroute M-4, ce délai avait toutefois été prolongé jusqu’à la fin du mois de mars .

Le retrait des groupes rebelles a été garanti par le président turc Recep Tayyip Erdogan lors de sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine le 5 mars à Moscou.

Le ministère turc de la défense avait déclaré le 19 mars que deux de ses soldats avaient été tués lors d’une attaque à la roquette par le groupe djihadiste Tanzim Hurras al-Din lors d’une patrouille de l’armée de turque le long de l’autoroute.

Syriens et turcs ont renforcé leurs positions le long des lignes de front

L’armée syrienne a renforcé ses positions le long du front de Jabal Al-Zawiya avec des chars et des BMP, tandis que des avions de reconnaissance de l’armée russe surveillent les territoires situés au sud de l’autoroute M-4 qui relie Alep à Lattaquié.

L’armée syrienne renforce ses forces dans le sud d’Idlib afin de reprendre son offensive vers l’autoroute stratégique M-4 avec l’expiration de l’ultimatum.

Parallèlement, l’armée turque a considérablement renforcé ses positions dans la région d’Idlib en vue d’une possible offensive de l’armée syrienne, avec le déploiement de 10 250 soldats depuis le 02 février 2020 selon l’OSDH. 5 515 camions et véhicules militaires de l’armée turque transportant des chars, des véhicules de transport de troupes, des véhicules blindés et des radars militaires sont également arrivés dans la région d’Idlib depuis le 02 février 2020.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.